rituels quotidiens

il faut parfois laisser tomber ce qui nous a jalonné
ce qui a rythmé journées après journées le quotidien, la vie

tous les matins je m’extirpais de mon lit et allais rejoindre ma mère dans le salon où elle dormait alors. je me glissais sous les couvertures tandis qu’elle buvait son thé dans le fauteuil, et j’entendais dans ma caverne les bruits de la matinée. Tous les matins mon grand-frère venait me faire des guilis sur les pieds, et du haut de ses six ans de plus que moi, il me faisait crier jours après jours « MAIS ARRETEEEEUUUH..!!!! »  Et bien évidemment, grand-frère oblige, il m’imitait tous les matins ce qui me rendait folle furieuse. L’étape suivante c’est moi qui, les yeux mis-clos grimpe sur les genoux de Maman et nous faisons alors notre « câlin du matin ». Nous avons fait ça loooongtemps. Pour donner un repère, ma mère fait 1m55, et moi 1m74. Et j’ai grandi très vite, elle me surnommait « sa tige ». Je pense que je devais avoir environ 11 ans quand elle s’est risquée à me dire « Ma chérie, c’est plus possible… Tu vois bien, tu dépasses de partout… » On a donc un jour cessé les câlins du matin. (certains jours, franchement, ça me manque!)

Ce soir je regarde le premier épisode de la saison 6 de Dexter. Seule dans mon salon de ma vie de maintenant, avec Marie pas loin qui doit certainement écouter Ali Farka Touré en dessinant. Il y a des rituels (soupe yumyum, lumière basse, une clope dans le bureau, et entassés sur le canapé premier prix) qui sont abandonnés sans qu’on s’en soit même aperçu. Jusqu’au jour où on s’en invente d’autres, des nouveaux tous neufs, pas mieux mais différents.

hummm ronronnements de canapé…

Publicités

7 commentaires to “rituels quotidiens”

  1. c’est quand tu veux, princesse !!!

  2. ben là en plus de dépasser de partout je risque un peu de t’écraser quand même…

  3. Bonjour. j’aime beaucoup te lire. A chaque billet, on a l’impression que tu dévoiles un peu de chacun d’entre nous. Tu donnes vie à des choses dont nous n’osons pas parler dans la vraie vie du quotidien … un texto, un moment juste avant ou juste après, un souvenir, une nostalgie, … tout cela avec beaucoup de légèreté mais surtout beaucoup de sensibilité.
    Si ne serait-ce qu’un mot dans tes écrits nous apporte un peu de cette émotion qui nous appelle à la réflexion, c’est gagné … et c’est le cas pour moi en tout cas.
    Longue vie à ton blog.

    • Ouii! quel super commentaire! Super enchantée de te lire, en tous cas! Tu écris bien toi aussi, tu as un blog également?
      Je te remercie depuis mes orteils jusqu’au bout de mes cheveux, c’est super super super précieux de lire des choses comme ça, gentilles et gratuites. C’est vraiment pour ça que j’ai ouvert ce blog, alors, oui, même si plus personne ne venait le lire, le fait de t’avoir touchée toi fait que c’est déja gagné!
      longue vie au lecteurs!

      • désolée pour cette réponse tardive. Quelques problèmes avec moi même à rêgler … difficile mais nécessaire parfois de regarder en effet la fille parfaite de son miroir et se dire qu’il y a encore du boulot. Une déception, et tout est à refaire. Une illusion et on doit tout se réexpliquer en face à face, la fille parfaite et moi. Une désillusion et on doit tout reprendre comme un faux nouveau départ. Ce doit être l’affrontement le plus difficile. Je n’ai pas peur des gens mais j’ai peur parfois de mon moi et ses émois. Bien sur , tu auras compris ma référence à l’un de tes textes.
        J’écris un peu oui. Mon objectif, un livre, LE livre, celui que personne ne lira sans doute jamais … enfin qui sait ! La vie réserve parfois de belles envies d’y croire.
        Mais attention, je ne suis pas une fille triste comme je peux en donner l’impression dans les lignes que je viens d’écrire. Juste un peu torturée qui rame souvent un coup dans le vide, un coup dans la merde. A croire que j’aime ça … Alors je me dis que ça stimule.
        Je n’ai pas de blog, j’écris sur des vieux bouts de fichiers word, sur des coins de canapé, de table, de lit. Un jour … je remettrai tout ça dans le bon ordre au sens propre comme au figuré.

        A bientôt

  4. Comme je comprends…
    Et quand je rentre chez ma mère, on se seeeeeeeeeeerrrrrrrre dans les bras.
    Je comprends bien. Tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :