tout-petit-matin

Il y en a d’autres, des filles
L’une d’elle pleure encore
Elle vient de temps en temps frapper à ma porte
Elle entre et je ne comprends pas tout ce qu’elle dit
Au travers des sanglots
Elle se love, soulève l’un de mes bras
Se love dessous, dessus, partout.
Peur, noir, sanglots, cris étouffés dans les oreillers
Je la berce en humm humm hummmm
Elle s’apaise parfois plus vite que d’autres fois
Repart au combat, elle sait qu’en cas de besoin
Je suis là.

Je suis au tout-petit matin
Quand on ignore si l’on dort où si l’on est réveillé
Quand tout est encore possible, on le croit
Mais le rêve est déjà parti, porte fermée sans bruits.
Rêve qui par flash, se rappelle à moi
De temps en temps
c’est vraiment arrivé ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :