parce que je fais ce que je veux!

Voila, des portes se ferment et ça montre toutes celles qui se cachaient derrière, qu’on ne soupçonnait même pas. Et cette espèce de certitude que la justesse à venir vaut les petites tristesserinoucheries d’aujourd’hui. J’ai ouvert ma boîte de Pandore, et comme dans une boîte à jouets, j’y plonge mes mains les yeux bandés. Je tâte les formes, ça brûle ou ça pique, c’est surprenant et familier à la fois.

Dans un labyrinthe, je me cogne, je m’agrippe aux buissons, je m’écorche aux murs de crépi, une musique composée de violoncelle, d’accordéon et de voix venues des profondeurs me parvient. Ca fait peur et pourtant c’est vers elle que j’accoure. Quel voyage, quelle épopée, quelle excitation, aller à sa propre découverte. C’est plein de détours, de retours sur ses pas. Depuis deux jours, deux nuits, je revisite une maison oubliée, comme on rentrerait à nouveau dans la maison de son enfance mais habitée par quelqu’un d’autre depuis des années. Des voiles ont été tirés sur les meubles, une mince couche de poussière opacifie tout, vole dans l’air. Je la respire, je suis entourée des milles paillettes dansantes dans les rayons de lumière qui force le barrage des volets. Sur les murs, je retrouverais les petites marques des mesures d’enfants, les mots gravés dans l’intérieur des fenêtres. Depuis deux jours et deux nuits, on me prend par la main pour me montrer une pièce oubliée.

pourquoi cette photo, me direz-vous. et bien parce que je fais ce que je veux et que je l’avais presque oublié. Et que ce soir, et bien ma douce Macha écoutait dans une autre ville la même musique que moi sans le savoir, et que ça donne des ailes, cette chanson.
Et comme je fais ce que je veux, je me disais: pourquoi pas un truc dans les cheveux, un collier et une bague de barbie, et des cuissardes? Oui, ce sont des cuissardes. Je suis un oiseau rock n’ roll.

Enjoy!
Publicités

2 commentaires to “parce que je fais ce que je veux!”

  1. Très beau texte, des images de films…mais je ne sais plus lesquels avec des pièces vides, aux meubles voilés et la lumière de l’été…les jalousies des fenêtres de Nice…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :