Archive for ‘agu-love’

15 janvier 2013

neige

un parapluie qui ne se bat pas contre la neige, bien au contraire. on marche et on se dit « ça nous ressemble, cette neige, ce silence. » On, nous, vous. C’est comme ça qu’il s’appelle. On marche sous la neige, enrobé dans nos silences à nous, navigant dans nos 226 et 150 ans, et en ne cherchant plus de réponses. Juste mes yeux qui coupent court à tout, juste ses frissons.

« on » me sèchera les cheveux plus tard, et continuera bien après qu’ils ne soient secs.

« -ils ne sont pas secs?

-Non, non. ils sont trempés »

Des musiques envoyées pour conjuguer les distances, on est avec moi ce soir, et je ne fais plus de listes pour/contre, fini, juste dessiner et faire partager ce que nos siècles mélangent entre eux.

Publicités
2 janvier 2013

2012

En 2012, petit compte-rendu

En Décembre 2011 je m’installe chez moi, je lâche du lest.
En Janvier mon neveu nait, ma Letti s’envole vers la Colombie et je tombe amoureuse.
En Février, je suis amoureuse et ça prend toute la place.
En Mars je fais une grosse exposition pour la journée de la femme.
En Avril, j’ai un peu mal au coeur, et je commence un grand chantier personnel.
En Mai, ça se dégage, j’y vois plus clair.
En Juin je fais du théatre, ma mère me rend visite, je vis l’été entre amis.
En Juillet, je fais la fête, et je vais faire un coucou à la Mer avec la smala.
En Août, je grimpe les montagnes avec Edmond, et je retrouve doucement Bruxelles.
En Septembre, je m’essaye un temps au études, je profite des derniers rayons entre amis, et ah oui! je tombe amoureuse.
En Octobre, je suis amoureuse et ça prend vraiment toute la place.
En Novembre, je débute une si chouette colocation, et je redécouvre que je sais dessiner.
En Décembre, je suis une sale petite vernie, je suis recouverte de cadeaux par la famille, les amis et l’amoureux.

2012

 

19 octobre 2012

ailleurs

j’étais ailleurs, j’étais partie. Un peu plus loin, je suis allée visité une école, des pupitres et des voix de professeurs et puis, je ne vais pas dire « ça » s’est arrêté non. JE l’ai arrêté. J’étais partie à moto, à cheval, à Knock, à Paris ou Bogota, un peu de partout mais, toujours j’ai gardé en tête de liste « ne pas oublier l’agudeza ».

read more »

19 septembre 2012

venir vers toi

ce soir, ma soeur de coeur, mon amie des temps anciens, j’ai rencontré ton chaman. J’ai rencontré ta langue, ta nourriture, tes rires de là-bas.

Tout nous y amène, R.et moi. On s’y prépare, on ne sait pas quand ni comment, mais on SAIT. La soupe poulet pomme de terre capres coriandre mais reste en bouche.

Les étreintes d’Oscar et ses éclats de rire avec R. aussi. Je te redécouvre, le voile des danses avec Madeleine, des remerciements chuchotés dans ma cuisine, des bougies qui s’allument partout dans mon appartement, de l’odeur de la lavande ou du Palo Santo, les méditations, les chants… Je te redécouvre avec bonheur, ma grande soeur, mon chaman à moi.

Je te verrai, ton enfant dans les bras, sourire comme le font les mères nouvelles et tu me prendras la main pour m’accompagner dans ton clan de femmes et m’y livrera tes secrets tandis que R. contemplera la montagne.

On t’aime.

26 août 2012

Montagne.


Je suis partie dans les montagnes, la main d’Edmond qui tient la mienne pour m’aider à enjamber les ruisseaux, ou pour tenir mon pinceau. Le monde s’est arrêté aux portes de Villars, à la porte avec la petite médaille Jean Baudoin, dorée, du temps de son père. Ici, nul besoin de trop se parler, de trop planifier, on se contente de passer, et de faire. Veux-tu faire ceci? Veux-tu faire cela? Il me regarde au plus profond, et en deux battements de cils il a tout compris, en deux mots il répare tout. « ton sentiment d’être une merde est toujours tellement proche de ta certitude d’être quelqu’un d’immense » il dit que je dessine des ombres, je cache. alors.

read more »

3 juin 2012

mon paramètre inconnu

je vis dans une fourmillière, mes antennes tendues vers mes frères et soeurs.

il est quelque part, au détour d’une gallerie, mon paramètre inconnu. Je pense à Duris dans les poupées russes, « il fallait passer par toutes les autres avant de trouver la plus belle, la bonne, la plus petite ». Je prend dans mon enceinte des poupons de passage, et durant un temps plus ou moins long nos mondes se mélangent. Leur images préférées, les musiques qu’ils me font découvrir, les robes qu’ils aiment voir former cette si franchissable barrière entre ma peau et leurs mains, tout ça imbibe ma vie. 

read more »

6 avril 2012

Petit rappel pour ceux qui auraient oublié

C’est alors qu’apparut le renard:
– Bonjour, dit le renard.
– Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.
– Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
– Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli…
– Je suis un renard, dit le renard.
– Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste…
– Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.
– Ah! pardon, fit le petit prince.

read more »

19 mars 2012

je me dore, à nouveau

après un faux départ, après des issues qui s’ouvrent en douceur,
on visite une aube, un petit matin dans le rose poudré, l’air frais, les piaillements des rapaces.

read more »

19 mars 2012

J’ai aimé

Je me suis absentée pratiquement un mois, en accumulant dans un coin des billets qui auraient dû être postés plus tôt. Pour ne pas en faire trop dans ce billet-retour, je vous fait un petit concentré des dernières semaines, temps forts ou superflus. 

read more »

15 février 2012

guillemets

J’ai toujours eu tendance à vouloir capturer. je dois tenir ça de mon père. Dur dur pour nous de lâcher les appareils photos ou les carnets à idées, des fois que les moments s’envoleraient au loin… A mais c’est bien ça, qu’ils font. Des fois que demain j’aurai oublié, des fois que ça se découdrait dans mes pensées, des fois que…

read more »