Archive for ‘agu-poèmes’

16 janvier 2013

rouge et pince à cheveux

IMG_6321

Publicités
15 janvier 2013

dégager les visages

mes cheveux poussent et ça fait frétiller dans les chaumières

mais je triche, ils sont à peine suffisamment long pour un léger tremblement le long de l’échine.

ici je fais un peu trop ma Anna Karina.

DE-SSI-NER. dessiner. dessinerdessinerdessiner.

Photo 555

26 août 2012

Montagne.


Je suis partie dans les montagnes, la main d’Edmond qui tient la mienne pour m’aider à enjamber les ruisseaux, ou pour tenir mon pinceau. Le monde s’est arrêté aux portes de Villars, à la porte avec la petite médaille Jean Baudoin, dorée, du temps de son père. Ici, nul besoin de trop se parler, de trop planifier, on se contente de passer, et de faire. Veux-tu faire ceci? Veux-tu faire cela? Il me regarde au plus profond, et en deux battements de cils il a tout compris, en deux mots il répare tout. « ton sentiment d’être une merde est toujours tellement proche de ta certitude d’être quelqu’un d’immense » il dit que je dessine des ombres, je cache. alors.

read more »

26 août 2012

Mer

je suis partie longtemps, j’ai été visité des cartes postales. La Mer, avec ma mère. La Mer, et mon père qui y plonge pour aller rejoindre les grands philosophes antiques, les penseurs comme lui. Mon père qui me dit qu’il ne faut pas un grand effort d’imagination, lorsqu’on se trouve au milieu des pins parasols, avec les vagues qui se brisent contre les récifs rouges de la côte pour se retrouver des siècles plus tôt, et que tout ça sera encore là bien après nous. La Mer, dans laquelle j’avance seule en pleine nuit. Je regarde au loin, juste deux tons de noir différents. Juste du sombre avec une encre plus matte que l’autre. Patti Smith chante dans mes oreilles « the sea, the possibility », je danse toute seule dans l’eau, la rumeur du village a disparu. J’ai peur, un peu, en m’enfonçant dans le noir de l’eau, sous le noir de la nuit. Ma peau est sèche, là-bas, je garde le sel et le sable le plus longtemps possible, mes cheveux sont de la paille blonde, je sèche et pourtant je deviens énorme. La Mer. Lorsque je la retrouve je pense « salut toi. » Laurier-fleur, eucalyptus, pins, thym, cigale. J’arrive, je viens de partout à la fois et pourtant je pense « maison ».

Je suis allée marcher dans la campagne avec ma mère, la nature est venue jusqu’à mes pieds. J’ai été dérangé les chevreuils, les chamois, cheveux ou sauterelles. On prend la route toutes les deux avec nos musiques dans les oreilles, sans climatisation mais juste cet air qui sent la lavande partout, chez nous.

3 juin 2012

mon paramètre inconnu

je vis dans une fourmillière, mes antennes tendues vers mes frères et soeurs.

il est quelque part, au détour d’une gallerie, mon paramètre inconnu. Je pense à Duris dans les poupées russes, « il fallait passer par toutes les autres avant de trouver la plus belle, la bonne, la plus petite ». Je prend dans mon enceinte des poupons de passage, et durant un temps plus ou moins long nos mondes se mélangent. Leur images préférées, les musiques qu’ils me font découvrir, les robes qu’ils aiment voir former cette si franchissable barrière entre ma peau et leurs mains, tout ça imbibe ma vie. 

read more »

17 mai 2012

des touts et des riens d’après-midi

mettre mes pieds dans l’Espignole avec Edmond, voir mon maillot de bain sécher à travers les jalousies, et aller boire un verre de vin blanc pétillant de Villars avec un livre d’été. s’étonner qu’un dessin ou un texte prenne du sens, sans qu’on l’ est vraiment cherché. caresser les joues pas rasées des hommes quand j’en suis amoureuse.

read more »

9 mai 2012

Damasio, damasio…

Il est rare que je recopie des passages de livres. Mais il est encore plus rare que j’y trouve une idée qui macère dans ma petite tête depuis longtemps sans savoir la formuler.

read more »

11 avril 2012

Aldonza

Avant de faire un noble article pour rendre justice à notre festival féministe à nous tous et toutes, je vous laisse ici un petit avant-goût avec une photo de Pablo Karhoubi, issue d’une série, accompagnant un texte de ma petite personne.

read more »

21 janvier 2012

je me dore

Tandis que je découvre une chanson déja écoutée 100 fois, mais jamais vraiment entendue d’Alain

« désormais je me dore à tes rires.. »
tandis que les cicatrices grattent par temps humides
tandis qu’elles me gênent un peu aux entournures
et délavent des 2011 sur mes épaules,

read more »

16 janvier 2012

elle

elle est arrivée de son pays vert, où les vents sont sûrement de toutes les couleurs
les bougies se sont mises à pousser comme des champignons dans ma maison
je goûte à nouveau les oranges et le pain, je dis merci
des racines arc-en-ciel apparaissent dans ma tête et je la vois calme et droite
souriante. ce sourire trop grand pour un seul visage.

read more »